Cyclisme – triathlon: le test d’effort #2

Nous avons évoqué la mise en place d’un test d’effort avec votre médecin du sport: il s’agit à la fois d’une évaluation préventive mais aussi d’un moyen de collecter des données importantes pour l’entrainement.

Par exemple, tout au long de l’évaluation, les mesures de lactates permettent de déterminer précisément les 2 seuils ventilatoires :

  • le seuil aérobie lorsque le sujet dépasse les 2 mmol.l-1 : on définit ce « moment » comme le seuil d’apparition des lactates et est donc l’indice d’une aide plus importante de la filière anaérobie lactique. Pour autant, la production de lactates reste contrôlée grâce à un recyclage de ces derniers par les muscles actifs (lactate shuttle) et le foie.
  • le seuil anaérobie lorsque le sujet dépasse les 4 mmol.l-1 : on définit ce « moment » comme le seuil d’accumulation des lactates, l’incapacité à les recycler en énergie rapidement et donc la prise de pouvoir de la filière anaérobie lactique pour maintenir l’effort.

Les valeurs retenues pour définir ont été définies par rapport à des valeurs statistiques et ne représentent pas forcément la réalité du fonctionnement de l’organisme de chaque sportif. Une mesure régulière et continue permet de voir la cinétique du lactate et de définir précisément les cassures sur une courbe reprenant les valeurs recueillies.

Lorsque les 2 seuils sont définis, on peut par recoupement définir la puissance et la FC pour chacun d’entre-eux.

En complément du feu vert du cardiologue, on repart avec une synthèse de ce type :

Aucun texte alternatif pour cette image

L’intérêt principal d’un test encadré par un médecin reste l’évaluation la bonne santé cardio-vasculaire du cycliste à l’effort.

Il s’agit d’une carence marquée dans notre système d’évaluation médicale en France ; on laisse trop de sportifs de compétition sans évaluation et face à des risques marqués en cas de pathologies cardiaques comme des disfonctionnements du rythme pouvant être fatals connus sous le terme de Mort Subite du Sportif.

Un des derniers cas marquants est le décès de Michael Goolaerts sur Paris-Roubaix 2018. Le coureur de 23 ans de la formation Verandas Willems-Crelan est retrouvé en arrêt cardio-respiratoire sur le parcours et les analyses montreront que son décès est lié à une Mort Subite non détectée.

Si vous ne disposez pas d’un « plateau technique » de qualité à proximité de votre domicile, préférez une visite médicale poussée au niveau cardiologique, accompagnée d’un test de terrain.

Frédéric HURLIN - ww.azurperformance.fr

Laisser un commentaire