Skicross: non, non je ne déconne pas!

Ça devait arriver et ça n'arrive pas toujours quand on s'y attend. Cela fait 5 ans que je suis régulièrement dans son dos, qu'on s'appelle pour faire le point...ça pourrait surprendre parce que je ne suis pas entraineur de ski (ou encore skieur de compétition).

Certains parleront de préparation mentale. Ceux qui me connaissent savent que je goûte assez peu à ce terme pompeux à souhait. Il s'agit juste d'échanges avec une personne avec laquelle la connexion se fait rapidement, de questionnement que j'amène et demande une réponse que seul Tom peut apporter. Il s'agit aussi parfois que de "coups de pompes dans le cul" digne d'un entraineur, parce qu'il est réceptif ça, pour remettre les priorités où elles devraient être: au centre du projet.

Comme je ne suis pas skieur ou entraineur de ski, nos échanges se situent toujours sur des basiques, des fondamentaux de la performance. Aujourd'hui, on cherche la complexité à tout prix alors que dans 99% des cas, les fondamentaux ne sont pas maitrisés dans 99% des situations de course. Tom est "tout neuf" donc on s'attache de temps en temps à juste "faire des choses simples correctement" et normalement, ça sourit.

Tom est un jeune skieur, bosseur, gentil, probablement trop. Même si cette performance ne se reproduit plus jamais, il aura goûté au moins une fois à la gagne sur un run de Coupe du Monde, somme d'un travail immense...mais j'ai la faiblesse de penser que ce n'est qu'un début.

Laisser un commentaire